Partagez | 
 

 Je crois qu'on se connait .. [• PV: Gray •]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hystéria Monrévial
Impés
Impés
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 19
Pseudo : Shorina

More about you
Âge:
Don: Contrôle de l'eau
Points gagnés: 9

MessageSujet: Je crois qu'on se connait .. [• PV: Gray •]   Dim 15 Jan - 10:01

La joie d'être seule et de se dire que personne ne peut briser ce silence de mort, mais de bonheur. Quelque part la mort est significative de paix et donc mourir ouvre à une vision nouvelle du monde, du moins si le paradis existe. On veut tous croire qu'il existe, mais particulièrement Hystémis, parce qu'elle veut un jour pouvoir voir sa mère, cette femme qui avait tout autant de don qu'elle .. Alors que le silence était de marbre dans les couloirs, notre belle demoiselle vagabondait sans réel but. Pourquoi était elle là ? Elle même ne savait pas, au fond qu'elle importance, tant qu'elle rentrait à l'heure dans sa chambre tout allait pour le mieux. Livre et manuel dans les mains, elle marchait doucement percutant presque sans cesse les murs. Elle marchait les yeux fermés & elle rigolait à chaque fois qu'elle frôlait trop près ceux-ci. Nul ? Oui un peu, mais Hysté' n'avait rien d'autre à faire à cet heure .. A 16 heures de l'après midi.

La sonnerie la sortie de sa rêverie, elle reprit marche vers sa chambre. Alors qu'elle empressait le pas, un élève la bouscula. C'était un Insi. Au fond elle n'avait rien contre eux, mais parfois, elle montait vite en pression et explosait comme une bouteille de soda trop secouée. Là ce n'était pas trop le moment, surtout qu'elle était assez rêveuse et qu'il avait "osé" l'enlever de son jeu. Elle le regarda hautainement et d'un coup de main balaya tout regard sur lui. Elle était un peu énervée a ce moment même, et le fait qu'il ne s'excuse l'insupportait encore plus. Elle continua son chemin, marchant doucement sans trop de précipitation, elle arriva enfin dans sa chambre. Il faisait sombre. Les volets étaient fermé et le bazars était de rigueur... Elle soupira, et jeta tout ce qu'elle avait dans les mains, sur son lit, la couette encore boule. Il fallait avouer que le rangement n'était pas son truc, mais vraiment pas. Se dirigeant vers sa fenêtre pour ouvrir ses volets, elle vit un mot sur posé sur le bureau.

* Mademoiselle Monrévial, il faut qu'on parle d'un futur colocataire ..Venez me voir sur les coups de 17h *

Non. Elle n'en voulait pas ! C'était une torture de vivre avec quelqu'un. Puis depuis cinq ans elle vivait seule, sans qu'une personne lui court après pour ranger ses affaires ou même passe un coup d'aspirateur si ce n'était pas les femmes de ménages qui le faisait. Bref, ce n'était pas possible et la demoiselle allait passer son coup de nerfs, du moins si on la laissait en placer une, lors du rendez vous qui allait se dérouler dans .. Trente minutes. Regardant sa montre, elle prit son gilet fétiche et le mit sur son dos. Elle claqua la porte et se dirigea vers le bureau du Co-Adjoint. Elle lui ferait surement du chantage, le draguerait et emballé c'est pesé, pas de colocataire, même si elle savait que sa allait peut-être pas marcher. mais comme elle dit souvent, l'espoir fait vivre .. Ou pas .. Elle marchait tranquillement quand elle fut interpellée.

-" Hystémis !! J'ai besoins de toi "

D'un geste sur, elle fit volte face, laissant découvrir un sourire joyeux. Son sourire était bien sur forcé, car cette voix elle la connaissait. C'était une première année, une Impès qui l'adulait .. Mais elle la détestait et lui mettrait bien une gifle si elle pouvait, mais c'était une enfant, donc la gentillesse était de rigueur.. Un jour elle l’emplafonnerais contre un mur, elle perdrait vit sans même pouvoir pu ce justifier. Mais elle sortit encore une fois de sa rêverie et introduit une réponse.

-" Je n'ai pas le temps Milao, pas aujourd'hui. Passe une bonne journée.

Sa voix était angélique, et elle gardait toujours une gracieuseté quand elle parlait. Mais son accent marquait l'originalité de sa voix. Contrôlant parfaitement la langue primaire d'Iesfira, elle ne semblait pas inconnu aux autres et encore moins aux membres du personnel. Alors qu'elle reprit chemin, un jeune homme se mit en travers de son chemin. Elle l'avait déjà entrevu, mais pas plus. Prise de stupeur, elle fit un pas en arrière, et laissa entrouvrir un léger charme sur son jolie minois. elle ne dit rien, elle laissa le beau jeune homme en placer une. si il était là, c'est qu'il avait une raison ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gray F. Lucas
Impés
Impés
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 11/12/2011
Age : 22

More about you
Âge: 16 Volts
Don: Contrôle de l'électricité
Points gagnés: 30

MessageSujet: Re: Je crois qu'on se connait .. [• PV: Gray •]   Mer 18 Jan - 4:38

Une à une, les notes se succédèrent, brisant le silence jusqu'ici maître incontesté. Une à une, elles se mirent à danser, s'entremêlèrent dans un rythme constant, harmonieuse et infiniment douce, elles formèrent ensemble une délicate mélodie. Bientôt, la chambre de Gray s'emplit d'une musique mélancolique, déprimante à souhait et capable d'attrister quiconque l'entendrait. Comme à chaque fois que l'adolescent jouait, ses sentiments filtraient à travers le son. Sa guitare était devenue la voix de son âme, et les émotions qu'elles provoquaient chez ceux qui l'écoutaient, étaient identiques à celles que ressentait le musicien en cet instant. C'était d'ailleurs l'unique façon pour lui de se soulager quelques instants du poids de ses sentiments. Gray ne se confiait jamais, Gray ne pleurait jamais, Gray ne riait jamais; Gray était une statue de glace qui affichait toujours ce même air impassible à longueur de journée. Mais lorsque ses doigts commençait à danser sur les cordes de sa guitare, toutes ses émotions refoulés le submergeaient. Alors, comme maintenant, il n'était pas rare de voir une larme couler le long de sa joue, patienter quelques instants au niveau de son menton, avant de quitter son visage pour s'écraser contre le manche de l'instrument. Seulement une larme s'échapperait de ses yeux plus bleus que le ciel, car c'était la plus lourde de toute, la quintessence de son chagrin. Un quelconque spectateur de la scène n'aurait qu'une question à l'esprit : pourquoi tant de mélancolie ? La réponse aurait été bien longue a expliqué, mais l'essentiel à retenir était cette date, ce 15 janvier pourtant si banal, qui avait néanmoins plus d'importance aux yeux de Gray que le sort de l'univers tout entier. Car aujourd'hui c'était son anniversaire. Elle aurait fêtait ses 17 ans aujourd'hui... Elle qui ? Elle, son sourire volé. Elle, sa gaieté envolé. Elle, son amour éploré. Elle, sa petite-amie disparue.

Gray déposa la guitare sur son socle et se releva en reprenant un air neutre. Il avait envie de se changer les idées, et pour cela, rien ne valait un bon bol d'air frais. Cependant, il restait assez bouleversé par ce moment de laissé-allé et en oublia ses fidèles écouteurs – ce qui indique un important trouble émotionnel. Le garçon sortit donc de sa chambre « nue », et se mit à errer dans les couloirs en direction de l'immense parc qui bordait Iesfira. Ce jardin magique et magnifique était un lieu onirique pour lui, car sa présence au beau milieu des bas quartiers de Londres était tout simplement invraisemblable. On ne pouvait rencontrer pareil splendeur au milieu de la trivialité de cette mégalopole que dans un rêve. Et cet endroit donnait ainsi une impression de rêve-éveillé particulièrement apaisante, c'était le seul lieu que Gray appréciait dans toute l'école. Mais au détour d'un corridor, un événement inattendue le sortit brusquement de sa rêverie. C'était une voix, dont le timbre particulier attira l'attention du garçon.

Je n'ai pas le temps Milao, pas aujourd'hui. Passe une bonne journée.

Depuis le temps que Gray était musicien, son ouïe s'était habituée aux sonorités les plus douce. Et une voix aussi suave, il n'en avait jamais entendu de pareil depuis la dernière fois qu'il lui avait parlé... Son cœur palpita et sa gorge se serra, il venait à peine de sortir de ses idées noir qu'un élément inopiné le forçait à replonger dans sa nostalgie. Mais quelle visage associer à ce criminel qui l'attaquait ainsi sans raison ? L'Impérium fit volte face et se figea sur place, le tambour même de son cœur cessa soudain de battre pendant un instant. Elle était là, resplendissante, baignée dans un halo de lumière chaleureuse que laissait filtrer l'une des fenêtres du couloir, plus belle que dans les souvenirs de Gray. La mort fut-elle à un tel point subjuguée par sa beauté qu'elle en aurait oublié de l'emporter ? L'incompréhension et la fascination étaient les seuls sentiments qui habitaient le jeune homme en cet instant, mais il n'aurait su dire lequel des deux dominait. En attendant, il coupait la route à cette fille en plus de la dévisager du regard, ce qui sembla la surprendre légèrement. Elle fit un pas en arrière et lâcha un sourire gêné. Même ça, même cette bouche en croissant de lune était identique à la sienne, c'était elle, il en était sûr maintenant. Dans un soudain élan d'amour, Gray la pris dans ses bras les larmes aux yeux, persuadé qu'il s'agissait d'un miracle et qu'on lui avait rendu sa petite-amie en vie. C'est à ce moment là qu'un minuscule détail vint briser l'authenticité de ce mirage. La fille qu'il serrait dans ses bras avait un accent, très léger certes, mais dont la sonorité particulière dénotait. Elle, elle parlait un anglais parfait et n'avait jamais vécu dans aucun pays de l'Est, ce qui voulait donc dire que Gray l'avait confondu avec une autre. La fatale réalité le ramena immédiatement sur terre, il venait de perdre à nouveau celle qu'il aimait et se retrouvait à présent dans un situation embarrassante qu'il n'aurait jamais voulu affronter en temps normal. Mais qui pouvait donc être cette diablesse qui l'avait ainsi ensorceler ?! Avait-elle usé d'un don maléfique pour troubler ses sens dans un but pervers ? Le garçon s'éloigna brusquement de l'inconnue et baissa les yeux pour éviter de les poser sur son visage bouleversant. Il chercha un instant quoi dire pour justifier son action, mais ne trouva rien d'autre que cette excuse vieille d'un millénaire :

Je... Je suis désolé. Je t'ai pris pour quelqu'un d'autre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je crois qu'on se connait .. [• PV: Gray •]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» Mais dis moi ? On se connait ? [PV Sophia]
» Tu crois m'avoir comme ça ? |Cedric|
» Non, on ne se connaît pas. Enfin... je crois ? *TERMINE*
» [FB 1623] Chérie, c'est pas du tout ce que tu crois. [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ★ Premier étage :: ★ Couloirs et escaliers-
Sauter vers: